Témoignage

Souvent, en visitant mon épouse en chimio, (...) je poussais la porte de la chapelle, je m’arrêtais un instant, et comme le nageur exténué, je sortais un instant ma tête hors de l’eau, pour reprendre mon SOUFFLE… Je me posais, me calmais, et mû par je sais quelle énergie, je reprenais possession de mes moyens, j’inspirais une fois encore, quémandeur de Son souffle, puis gonflé à bloc, très concentré, je fonçais vers la chambre de N..
J’étais, vu les circonstances, étonnamment serein, étonnamment heureux.

Nous étions heureux, entourés de tant d’attention fraternelle, ici dans cette chambre où l'aumônier proposa même à notre puce de faire sa première communion. Il considérait en effet que notre petite communauté de croyants était suffisamment porteuse pour l’accueillir… au sein de notre petite paroisse autoproclamée, ici même dans cette chambre d’une clinique parmi tant d’autres… ici même où tout transpirait Sa présence !
Dieu est très présent en clinique, là où des hommes se rassemblent en son nom.

Une famille
Publié le 29/09/2017


<< Précédent      Suivant >>


Retour à l'accueil