trois dimensions spirituelles à encourager ?


La fraternité?:
«?La “quarantaine” nécessaire où il nous est demandé d’être désormais, pourrait alors avoir cette vertu spirituelle de nous rapprocher par la foi et par le cœur de tous ces visages vulnérables, rejetés, laissés pour compte, et de tous les souffrants. (…)
La fraternité nous intime de porter le souci de faire tout notre possible pour ne pas enrayer plus encore les services spécialisés, voire l’ensemble du système de soins, et épuiser davantage celles et ceux qui se donnent sans compter?».

L’hospitalité?:
«?Nous qui aimons tant l’hospitalité, première vertu biblique, rendons la créative. (…) Notre capacité d’humanité doit se tenir déterminée dans ce combat de longue haleine. Non en défiant un virus qui n’en a cure, mais en étant à nos modestes mesures, de petits laboratoires sans prétention de cette créativité du lien. (…)
Dans cette hospitalité de la foi incarnée, n’oublions pas non plus les services de l’État, (…) : les soutenir c’est vouloir que notre démocratie, la façon dont nous sommes viscéralement attachés à la liberté, à la dignité, à l’égalité et à la fraternité, puisse rester debout dans cette crise sans précédent et l’emporter?».

La compassion?:
«?Notre tradition biblique nous apprend que les fléaux ne sont jamais loin. Elle nous raconte aussi que l’humain met du temps, 40 jours, 40 ans, pour trouver son chemin, changer sa vie, son cœur. C’est l’heure de s’ouvrir davantage, d’élargir l’espace de sa tente intérieure. (…) Le service de l’Église, aujourd’hui plus qu’hier encore, doit être celui de la compassion à quiconque en a besoin. À nous ensemble d’en inventer une nouvelle forme, au service de tous dans ces temps de grande épreuve pour beaucoup?».


sœur Véronique Margron

Référence: La Croix le 17/03/2020


Retour à la liste